• L'arrestation

    Dans la nuit du 13 Août de l'an 2222:

    Minuit. Cette heure ô combien emblématique marque le commencement d'une ère nouvelle: l'ère des Elus. Suite à une prédiction de son astronome et bras droit, l'empereur Sumérien a donné l'ordre de ramener tous les sélectionnés, vivants, dans son palais. Se fondant dans les ombres de cette nuit sans lune, les forces armées de Suméris s'apprêtent donc à vous arrêter et vous emmener. Résisterez-vous ou bien vous laisserez-vous faire? Ils n'en ont que faire à vrai dire. Puisqu'ils ont reçu l'ordre de vous emmenez, ils l'exécuteront; leur code d'honneur les y oblige.

    A travers le monde, il y eut cette nuit là de très nombreuses arrestations. Les enfants furent arrachés à leur famille ou bien aux tréfonds obscurs de ruelles étroites et de forêts profondes. Rien n'arrête l'armée Sumérienne; pas même un lieu de culte. On jeta les enfants dans des caravanes conduites par des chevaux, le tout dans une grande discrétion. Avec qui partagerez-vous ce long voyage nocturne dont vous ignorer la destination et la raison même? Que d'interrogations!

    L'évènement débute à l'instant où il est posté et s'arrêtera lorsque je le dirais (quand tout le monde aura participé normalement). Il ne prend en compte que l'arrestation et le trajet. Vous pouvez faire parler les gardes Sumériens mais sachez qu'ils se montreront tous froids et brusques. Si vous préférez que je les fasse parler moi-même il suffit de le préciser.


  • Commentaires

    1
    Samedi 20 Mars à 11:24

    Louis Hevin - Rouge

    Quand je me réveille, mon oreiller est humide et froid. Je suis en nage et j'ai les mains moites. Ma respiration est haletante, et j'ai du mal à la stopper. Je repousse une mèche de cheveux blonde qui m'est tombée sur le front et je me lève. Je ne suis vêtu que d'un jean noir. Typique. Mon dos est endolori de ma bagarre de hier soir. Je n'aurais pas du provoquer ce bougre. Je pousse un gémissement de douleur et masse mes mains qui sont défoncées. Tout ça pour de la nourriture...

    Alors que voler chez le fermier aurait été plus simple. Mais j'ai besoin de ressentir l'adrénaline des combats. J'enfile un t - shirt noir qui moule mon torse formidablement, ce qui m'attire un sourire quand je me regarde dans le miroir. Je suis à tomber. J'envoie merder la modestie. Alors que je suis en train de mettre des bottes, plus du tout ensommeillé. Je sors de mon habitat, une sorte de maison en ruine ou j'ai l'habitude de dormir, quand soudain j'entends un bruit.

    ***

    Ils m'attrapent par le col de mon t - shirt, et me soulève du sol sans ménagements. J'ai le nez en sang, et je cri de rage. Qui sont ces mecs ?!!! Que me veulent -ils ? Je me débat, leurs mettant des coups dans les côtes et dans les parties. Ma machoire est contracté et j'ai bandé mes muscles, prêt à porte un nouveau coup.

    - Il refuse de rester tranquille, dit un des gars.

    Mais alors que je place un poing sur la temps d'un des mecs, un autre survient et me plante une longue aiguille dans la nuque. Ma bouche devient pâteuse, mon esprit s'embrouille, ma tête est lourde... Mes paupières se ferment.

    ***

    Mes yeux se rouvrent. Je suis dans une sorte de caravane, allongé de tout mon long sur le bois dur. Une bâche à été installée sur le toit est je ne vois pas le ciel. Seulement moi, étendu à terre, et d'autres personnes qui me sont inconnus...

     

    Photo de Leonardo DiCaprio - The Basketball diaries : Photo ...

    Épinglé par Samantha A sur Leonardo DiCaprio | Leonardo dicaprio ...

     

    2
    Samedi 20 Mars à 13:17

    Chloé courtois-dialogue mauve

    Elle regarda le ciel encore un instant quand soudain elle entendit des Surmériens arrivé de l'autre côté de la ruelle. Elle déguerpit au plus vite manquant de tribucher sur une pierre grise.

    Elle débouche sur une impasse, elle sens qu'on lui arraché les épaules avec une force brutal. Chloé donne un coup de poing à son assaillent sans pour autant voir clairement ce qu'il se passe. La pluie commence à tomber et ses débatements ne servent plus car c'est force l'abandonne. Elle ne veut plus revoir ses parents alors elle continue à se battre malgré tous. Au bout d'un moment un homme brandit son bras et lui donna un coup fatal. Elle tomba à terre, sentant le sol humide et l'eau tomber par milliers lui toucher son corp en sang. Elle voulut se relever mais la fatigue la fit retomber une nouvelle fois pour de bon. 

     

    3
    Samedi 20 Mars à 13:55

    Emilie Johnson couleur du dialogue; vert:

    J'avais toujours eu le sommeil léger, c'est pour ça que quand j'entendis des bruit de pas venir droit sur moi la nuit, je me leva, sur mes gardes.

    Au loins, je vis des sumériens venir au pas de course. Je plissa les yeux, et m'éloigna a pas de loup de l'autre côté. Je ne fis pas un pas de plus car un homme venait d'aparaitre devant moi. Il vient d'ou celui la ? Ils étaient la pour moi, pas de doute. Je refis demi tour, mais j'étais entouré.

    Je leva les mains en l'air en leur faisant un sourire crispé.

    -Hé les gars. Hum...on peut peut être discuter au calme ?

    L'homme devant moi allait ouvrir la bouche, quand Ulysse arriva en aboyant. Je profita que les gardes soient occupé avec mon chien pour faire volt face et courir.

    À peine ais je eu le temps de faire 2métres que je sentis un bras m'attrapé avec force. J'eu juste le temps de voir le visage fier de l'homme avant qu'il ne m'enfonce une aiguille dans le bras.

    -On t'a attrapé fillette.

    J'épuisa mes derniéres forces pour lui répondre.

    -J'ai 16ans abrutis.

    Apparement il n'avait pas trop apprécié car il me jetta de force à son collégue avant de partir et moi, de sombrer dans les vapes.

    ***

    Je rouvris les yeux en jurant. Le garde ne m'avait pas manqué et il n'avait pas fait dans la dentelle. Tous mes muscles me faisaient mal au moindre mouvement. Je me redressa quand même, et regarda autour de moi. Il y avait plusieurs personnes couché par terre.

    Je sentis un mouvement à côté de moi, et je vis Ulysse dans les vapes. Au moins ils ont décidé qu'il n'était pas une menace.  Apparement j'étais une des seules à être réveillé parce que personne ne bougais. Couché à côté de moi, il y avait une petite fille et un garçon. Plutot mignon d'ailleurs.

    Je le vis bougé, et je me dépêcha de regarder autre part.

    4
    Samedi 20 Mars à 14:06

    Chloé courtois-dialogue mauve

    Je me réveille et voit que mon chien me suivaient de loin je pense. Je le relève et je sens que mon genoux est écorché, mon oeil avait du sang m'enpêchant de tous voir, ma lèvre gonflé et surtout ma hanche devait beaucoup saigné car ils ont mis un bandages. Mon chien me flaire , il est fort et robuste mais je tiens à lui je ne veux pas qu'on le blesse. Alors je lui caresse la tête de ma main ensanglanté.  Puis je sens que ma tête vacille de nouveau.  Je retombe dans un sommeil .

    (Je sais il est chelou mon RP)

    5
    Samedi 20 Mars à 17:31

    Louis Hevin - Rouge

    Les gens dans la caravane ont tous l'air perdus, tristes ou avec un air indéchiffrable. D'autres sont toujours endormis, comme je l'étais il y à un instant.  L'atmosphère est glaciale et je perçois des petits gémissements. Mais il fait trop sombre pour que je voie qui les poussent. Je regarde mes mains; elles sont couvertes de bleus. Je reste silencieux et m'ébouriffe les cheveux, la rage au ventre. Ils m'ont fait quoi, puta*n ? Le truc qu'ils m'ont injectés me rend... faible. Tous mes gestes me pèsent. Je suis si fatigué ! Du coin de l'oeil, je vois une fille.

    Elle me fixe silencieusement. Je soutient son regard, et elle arrête de ma regarder, détournant la tête. Elle est belle, mais elle m'a l'air complètement pommée. 

    6
    Samedi 20 Mars à 18:21

    Emilie Johnson couleur du dialogue; vert:

    Presques toutes les personnes dans le camion ou la caravane était réveillé maintenant. Et apparement, les gardes avaient blessé quasi tout le monde si on en croyait les pleintes et gémissements des autres autour de moi.

    J'essaya de m'assoir ou de me lever, mais j'avais beaucoup trop mal. Je resta donc dans ma position initial, et essayant de savoir pourquoi les gardes nous avais emmené nous.

    Je me re-retourna vers le garçon à côté de moi, en me demandant si il savait quelque chose.

    Il soutient mon regard, et je me détourna. Je sentis encore son regard dans mon dos, et je me retourna brusquement, en levant un sourcil.

    -Quoi ?

    Je me maudit de ne pas avoir su prendre une voix normal, mais ma gorge me faisait trop mal.

     

    7
    Samedi 20 Mars à 18:45

    Louis Hevin - Rouge

    Je relève la tête vers elle.

     - Quoi ? Dit -elle d'une voix rauque, sa pomme d'Adam allant de bas en haut.

    Je ne crois pas l'avoir sonné. Je me suis contenté de la fixer, rien de mal que je sache ? Je lève un sourcil. Elle à aussi des bleus sur le cou. Ils ont dû être violents avec elle. Ses yeux sont aussi bleus qu'eux. Je les perçois à peine dans l'obscurité de la caravane. 

    Je me vois obligé de répondre. 

    - Quoi, toi ?

    Ma voix est grave, plus grave que la sienne, et sonne un peu caverneuse.

    8
    Samedi 20 Mars à 19:08

    Emilie Johnson couleur du dialogue; vert:

    -- Quoi, toi ?

    Je soupira de frustration, en croisant mes bras devant  moi.Il aurait pas pu répondre, tout simplement. 

    J'allais répondre que j'étais celle qui avait posé ma question avant lui, mais je me dis que c'était plus important d'avoir une quelquonce info sur ce qui se passait, et je jouerais à celui qui était le plus fier plus tard.

    Je me redressa d'un coup avant de grimacer, j'avais oublier que j'étais remplie de bleus

    -Ho p***** j'avais oublié. dis je d'un ton plaintif

    Puis je me tournis vers le garçon en éspèrant qu'il n'avait pas entendu mon ton pleintif, j'avais un minimum de fierté tout de même!

    -Bon, est ce que tu sais un seul truc sur notre...arrestation ?

     

    9
    Dimanche 21 Mars à 07:52

    Suzanne, couleur du dialogue : bleu comme ça

    Suzanne était tranquillement allongée dans son lit douillet, en train de lire son livre préféré pour la 109ème fois (car oui, elle avait compté) à la lumière vacillante de sa vieille chandelle, quand elle entendit des bruits dans la cour.

    "Bah, ça doit être Papa qui rentre du bar", pensa-t-elle sans angoisse (son père était en effet parti quelques heures plus tôt boire un verre avec quelques amis d'enfance).

    Cependant, la jeune fille se rendit vite compte que ça n'était pas lui, car au bout de plusieurs minutes, elle ne l'entendait toujours pas rentrer dans la maison. Cependant, elle ne s'inquiéta pas et décida que finalement, c'était peut-être son chat qui faisait des siennes. De toutes façons, ce n'était pas le moment d'angoisser, car elle était presque arrivée à son moment préféré dans l'histoire.

    Absorbée dans les pages de son livre, Suzanne n'entendit pas les voix, dehors. Pas plus qu'elle n'entendit ces hommes s'introduire discrètement dans sa modeste chaumière. Ce qu'elle vit, en revanche, ce fut des mouvements brusques avant qu'elle s'évanouisse sans un mot, frappée à la tête par une casserole.

    "Quoi, qu'est-ce qu'il y a ?, demanda un grand homme à l'air brute. J'ai pensé qu'au moins, il n'y aurait pas de moyens qu'elle s'échappe, de cette manière! Et puis, on se fiche de comment on l'a attrapée tant que c'est le cas, pas vrai ?"

    Ses deux compagnons soupirèrent et se regardèrent, l'air de penser qu'il était un cas désespéré, avant de prendre le corps de la jeune fille et de le porter vers un véhicule à l'air louche.

    ------------------------------------------------------------------------------------------

    Suzanne se réveilla dans une pièce sombre. A côté d'elle se trouvaient deux autres jeunes gens, qui avaient l'air d'avoir 16-17 ans tout au plus.

    "Pardon, vous savez où on est ici ?", demanda la jeune fille d'une voix un peu pâteuse (enfin oui, quoi, elle venait de se prendre un coup de casserole sur la tête!).

    10
    Dimanche 21 Mars à 11:19

    Louis Hevin - Rouge

    Elle ne répondit pas et gémit, en lâchant un juron. Je voudrais bien partir loin  d'elle mais l'espace n'est pas ce qu'il y a beaucoup, ici. Elle continue :

    -Bon, est ce que tu sais un seul truc sur notre...arrestation ?

    J'allais lui dire de la fermer, car mon mal de tête amplifiait, quand une deuxième voix retentit :

     - Pardon, vous savez où on est ici ?

    Ces filles avaient décidés de me pourrir ou quoi ? Pourquoi me prenaient -elles pour celui qui répondrait à leurs questions ? Je serre les dents et reste silencieux, espérant qu'elles se répondront mutuellement, et qu'elles me laissent.

    Je ne suis pas un baby- sitter.

    11
    Dimanche 21 Mars à 12:09

    Suzanne, couleur du dialogue : bleu comme ça

    Un garçon a l'air maussade la regarda, les dents serrées, dans répondre à la question de la jeune fille. 

    "Quel garçon antipathique!, pensa-t-elle tout en passant une main dans ses épais cheveux bruns. Ce n'est vraiment pas poli, d'ignorer les gens comme cela!"

    "Vous aussi, vous vous êtes fait kidnapper ?", insista Suzanne. Elle voulait des informations et les obtiendrait, ils finiraient bien par parler, non ?

    12
    Dimanche 21 Mars à 13:00

    Emilie Johnson couleur du dialogue; vert:

    Ça se voyait que le gars voulait vraiment que je me taise une fois pour toute.

    -Pardon, vous savez où on est ici ?

    Je lança un regard à la fille, elle avait l'air d'avoir tout au plus, 15 ans. Étant donné que c'était ce que je voulais savoir depuis le début, je me contenta de l'ignorer en éspèrant que l'autre allait lui répondre.

    En voyant qu'il se contenta de serrer les dents, elle insista.

    -Vous aussi, vous vous êtes fait kidnapper ?

    Je me tourna vers la fille, sur les nerfs, j'étais crevé, et affamé.

    -À ton avis ?

    13
    Dimanche 21 Mars à 14:03

    Louis Hevin - Rouge

    J'essaie d'ignorer ce qu'il se passe autour de moi - les voix des deux gamines qui font la discute', le bruit de la bâche ballotée par le vent, les roues de la caravane qui tressautent.

    J'entends cependant la fille aux yeux bleus sombres répondre avec aigreur à l'autre, et je ne peux m'empêcher de penser à deux oies. Elles me soûlent grave.

    - Taisez - vous, j'ordonne en passant une main dans mes cheveux.

    14
    Dimanche 21 Mars à 15:36

    Emilie Johnson couleur du dialogue; vert:

    - Taisez - vous

    J'allais exploser. Entouré d'une fille qui n'arrêtait pas de poser des questions et d'un mec qui avait envie de taper quelqu'un.

    Et il nous demanait de nous taire ? Oui, j'allais vraiment tuer quelqu'un.

    Je me tourna brusquement vers lui en murmurant d'une voix remplie de sarcasme.

    -Oh désolé, l'ambiance n'est pas à ton gout ? Bah tu vas devoir te contenter de ça, parce que je sais pas si t'as remarqué...mais on est coincé ensemble dans une caravane de 3métres carrés tout au plus.

    J'éprouva une certaine satisfaction en voyant sa agrimace de mécontentement, c'était pas lui qui commandait ici.

    15
    Dimanche 21 Mars à 17:45

    "A ton avis ?", lui répondit une jeune fille qui semblait prête à faire une crise de nerfs.

    Avant que Suzanne n'ait le temps de répondre, le garçon qui l'avait ignorée quelques secondes plus tôt lança un "Taisez-vous" plus qu'antipathique.

    "Décidément, ils ne sont pas commodes, ces deux-là, pensa-t-elle. Je me demande ce que je fais là..."

    Perdue dans ses pensées, elle eut soudain un élancement très douloureux à la tête - il faut dire qu'un coup de casserole...

    Il était tard, cependant, et puisque ses deux compagnons d'infortune ne semblaient pas disposés à discuter, elle observa son environnement, pour essayer de glaner quelques indices. On entendait distinctement un bruit de roues qui n'ont pas été huilées depuis des années, ainsi que des bruits de sabots. La pièce était exiguë et complètement vide. Elle pensa tout d'abord à un wagon à marchandises, mais cela ne collait pas avec les chevaux.

    "Ce doit être une roulotte ou quelque chose du style", pensa Suzanne.

    Pendant ce temps, les deux autres se criaient dessus.

    "Oh désolé, l'ambiance n'est pas à ton gout ? Bah tu vas devoir te contenter de ça, parce que je sais pas si t'as remarqué...mais on est coincé ensemble dans une caravane de 3métres carrés tout au plus!"

    La jeune fille les ignora et décida qu'elle était fatiguée et qu'elle ferait mieux de dormir un peu. Elle élaborerait un plan d'évasion plus tard, quand elle serait au meilleur de sa capacité mentale - il n'était jamais bon de faire ce genre de choses à l'arrache, c'était sa mère qui lui disait toujours ça.

    16
    Dimanche 21 Mars à 21:07

    Louis Hevin - Rouge

     -Oh désolé, l'ambiance n'est pas à ton gout ? Bah tu vas devoir te contenter de ça, parce que je sais pas si t'as remarqué...mais on est coincé ensemble dans une caravane de 3 métres carrés tout au plus, riposte la fille aux yeux bleus sombre.

    - Ne t'inquiètes pas pour moi. J'avais remarqué.dis-je d'un ton nonchalant en faisant mine d'être exaspéré. 

    - J'ai des yeux, en fait.

    L'autre fille s'est complétement desinteressée de la conversation, l'air pas assez concernée. Pff...

    Mais celle que j'ai devant moi, aux yeux bleus sombre, à l'air en colère. J'ai réussi à l mettre en colère, déjà ! Je pensais qu'elle tiendrait plus longtemps...

     

    17
    Lundi 22 Mars à 09:34

     

    Emilie Johnson couleur du dialogue; vert:

    -J'ai des yeux, en fait.

    Il me soulait. Franchement, cela faisait longtemps que quelqu'un ne m'avait pas répondu...et c'était amusant, mais aussi trés trés trés énervant.

    Le pire, c'est qu'il avait l'air presque nonchalant, comme si il s'en foutait complétement de la situation.

    -Mais quel génie.

    Dis je en levant les yeux au ciel.

    18
    Lundi 22 Mars à 11:14

    Louis Hevin - Rouge

    -Mais quel génie.

    C'est sympa de sa part de le reconnaître. Mais contre toute attentes, ça me fait pas plaisir qu'elle l'avoue. Même si c'était ironique... 

    Je pousse un soupir et continu de me masser le corps, partout ou ça fait mal. La fille fait une grimace quand elle voit que je n'oublie aucunes parties. Je ricane. J'adore voire qu'elle est gênée.

    19
    Lundi 22 Mars à 11:58

    Emilie Johnson couleur du dialogue; vert:

     Il ne me répondit même pas, et continua de se masser. C'est vrais que les gardes ne l'avaient pas rater, à moins qu'il avait déjà touts ces bleus avant l'arrestation. Il avait l'air du mec qui se bat pour un rien.

    Je détourna les yeux en grimaçant de gêne. Il ricana en voyant ma réaction, et je me retourna vers le fille dans l'intention de lui parler pour ne pas à avoir à parler au gars à côté de moi, mais elle était quasi en train de dormir. Je soupira, et en le regardant je me rendis compte que je n'avais aucune idée du prénom du mec.

    J'essaya de sourire, et lui demanda.

    -Et du coup...Tu t'appelles comment?

    20
    Lundi 22 Mars à 18:04

    Louis Hevin - Rouge

    Elle tourne la tête vers l'autre fille, qui semble écroulée de fatigue. Cette fille ne semblait pas être celle qui se souciait toujours des autres, voulant les protéger, bref ce cliché ringard. 

    Puis, à ma plus grande surprise, elle se tourna vers moi et ouvrit la bouche. Avec hésitation, elle demanda :

    Et du coup...Tu t'appelles comment ?

     - Je ne t'avais pas dit de te taire ?, je soupire, exaspéré. 

    Il n'y a aucunes raisons pour que je le lui dise.

    21
    Lundi 22 Mars à 18:13

    Suzanne couleur de dialogue : bleu comme ça

    Au bout d'une bonne heure, cependant, Suzanne n'arrivait toujours pas à trouver le sommeil. Il fallait dire que les deux autres n'arrêtaient pas de ses disputer, c'était énervant à la fin.

    "Tu peux arrêter d'être insupportable s'il te plait ?", maugréa-t-elle au jeune garçon qui venait d'être encore une fois désagréable envers l'autre fille. "Je te signale qu'on est en train de se faire emporter on ne sait pas où, on ne sait pas qui nous a attrapé, si ça se trouve on est en danger, donc si tu pouvais fermer ta bouche et faire fonctionner ton cerveau - si tant est que tu en as un, bien sur, ce dont je doute - pour essayer de trouver un plan pour sortir de là, ce serait cool!"

    22
    Lundi 22 Mars à 18:27

    Louis Hevin - Rouge

    J'attends qu'elle réponde, comme elle se le permet, ou qu'elle la ferme une bonne fois pour toutes, quand l'autre fille, la deuxième, se relève et me fusille du regard :

    - Tu peux arrêter d'être insupportable s'il te plait ?", Je te signale qu'on est en train de se faire emporter on ne sait pas où, on ne sait pas qui nous a attrapé, si ça se trouve on est en danger, donc si tu pouvais fermer ta bouche et faire fonctionner ton cerveau - si tant est que tu en as un, bien sur, ce dont je doute - pour essayer de trouver un plan pour sortir de là, ce serait cool!

    - La fermer ? La fermer ? Mais c'est ce que je fais, moi !  Mais cette fille - si on peut appeler ça une fille, dis - je, calme mais tendu, en ignorant les yeux bleus sombre magnifiques de l'autre filles, croit que c'est le moment de prendre le thé et de faire la parlote.
     
    Esquissant un sourire, je regarde la fille aux yeux sombres en espérant une réaction de sa part. 
    23
    Lundi 22 Mars à 22:12

    Emilie Johnson couleur du dialogue; vert:

     Il ne m'avait même pas répondu, et en plus,  il me demande de me taire ?

    J'allais lui répondre quand l'autre fille lui répondit à ma place.

    -Tu peux arrêter d'être insupportable s'il te plait ? Je te signale qu'on est en train de se faire emporter on ne sait pas où, on ne sait pas qui nous a attrapé, si ça se trouve on est en danger, donc si tu pouvais fermer ta bouche et faire fonctionner ton cerveau - si tant est que tu en as un, bien sur, ce dont je doute - pour essayer de trouver un plan pour sortir de là, ce serait cool!

    J'allais lui dire que je pourrait l'embrasser tout de suite juste pour avoir dit que le mec qui n'a pas de nom n'avait pas de cerveau non plus.  Mais le concerné lui répondit.

    -- La fermer ? La fermer ? Mais c'est ce que je fais, moi !  Mais cette fille - si on peut appeler ça une fille, croit que c'est le moment de prendre le thé et de faire la parlote.

     Je failli éclater de rire,j'avais l'impression qu'il était prêt à exploser, mais qu'il affichait un air calme juste pour ne pas le montrer, et j'attendis que l'autre lui répondit mais ils avaient tout les deux les yeux fixer sur moi, et le mec me regardait avec un petit sourire, fier de lui.

    -De un, tu passes plus ton temps à dire au gens de la fermer que de la fermer toit même, de deux, si je suis pas une fille, alors je suis quoi ? Parce que je suis beaucoup trop intelligente pour être un mec hein (Je ne sortais jamais des clichés comme cela, mais si cela pouvait énerver le gars...) De trois, elle, je fis un signe vers la fille, à raison, on devrait plutot essayer de s'enfuir.

    Je pris un air nonchalant et fixa mon regard dans le sien, celui du garçon sans nom pour finir (je n'avais pas l'intention de perdre cette fois)

    -Et de quatre, je n'aime pas le thé...

     
    24
    Mardi 23 Mars à 11:10

    Louis Hevin - Rouge

    La réponse fuse, à ma grande joie.

     - De un, tu passes plus ton temps à dire au gens de la fermer que de la fermer toit même, de deux, si je suis pas une fille, alors je suis quoi ? Parce que je suis beaucoup trop intelligente pour être un mec hein . De trois, elle à raison, on devrait plutôt essayer de s'enfuir. Et de quatre, je n'aime pas le thé...

    J'éclate de rire, pas le moins du monde en colère. Cette tirade ne m'a pas grisée - mais plutôt remis de bonne humeur, chose improbable alors que je suis, couvert de blessures, dans cette petite caravane de trois mètre carrés, comme elle l'a fait remarquée.

    - Ok, ok. Je concède : tu es une filles. Les apparences peuvent être trompeuses. Et je n'est pas la moindre envie de m'enfuir avec vous collées aux basques, alors je vais attendre que vous soyez hors de vue pour tente quoi que ce soit. Compris, petite tête ?, dis - je en achevant ma phrase avec un clin d'oeil.
    25
    Mardi 23 Mars à 16:00

    Perséphone Parkison - Violet

    J'avait pressentie dès la veille que cette journée ce passerai très mal. J'étais allongée sous une tente. Il devais être a peu près minuit quand j'entendis un vacarme d'enfer dehors. Le campement que je partageais avec d'autre vagabonds était complétement dévasté, des tente était renversé. Deux homme habillé en noir a la mode de la cité s'avançais vers moi

    - Bande de 

    Je n'eux pas le temp de terminer ma phrase qu'un homme posa sa main sur mon épaule et essaya de m'emmener de force a bord d'un véhicule. Je lui assena un coup de pied au visage, enfin libéré de son emprise je me mis a courir vers le foret. Manque de chance je trébucha et m'étala sur le sol. Je sentie qu'on me souleva de terre et on me fourra dans le véhicule. plusieurs personne étaient déjà a bord des garcons et des filles de tout age. 

    -Quelqu'un peux me dire ce qui se passe !?

     

     

    26
    Mardi 23 Mars à 17:07

    Emilie Johnson-Vert

    Il rigola avant de me répondre, d'un ton presque joyeux.

    -- Ok, ok. Je concède : tu es une filles. Les apparences peuvent être trompeuses. Et je n'est pas la moindre envie de m'enfuir avec vous collées aux basques, alors je vais attendre que vous soyez hors de vue pour tente quoi que ce soit. Compris, petite tête ?

    Je le regarda, bouche-bée, pour la premiére fois depuis le début de cette discution, je ne savait pas quoi répondre. Je le regarda attentivement, il comptait vraiment partir tout seul. Je me tourna vers l'autre fille, mais elle n'avait pas encore dit un mot et  je sentis la panique arrivé à grand pas. L'autre me paraissait intelligente et était déjà en train de faire un plan, j'en étais sur, le mec j'étais certaine qu'il n'avait aucun plan, mais il allait bientôt en élaboré un.

    Et moi, comme une idiote, j'avais pensé à rien. Mais pour l'instant, je devais d'abord répondre au mec sans nom!

    -Ok...je te laisse la victoire pour cet échange, parce que je n'ais rien à répondre, je savais pas si il le prenait aussi pour un jeu, mais moi si, et j'avais un esprit de compétition énorme  . Tout simplement, parce que j'allais m'enfuir seule aussi. dis d'un ton qui manquait clairement de conviction et était trop hésitant.

    Je lui fit vite un sourire pour finir, et m'empressa de me tourner vers la fille en priant pour que le mec, (se serait vraiment bien de savoir son  nom...) n'avait pas remarqué ma panique.

    -Et aussi non, tu t'appels comment ? dis je en murmurant à la fille, et en m'attendant à entendre résonner un ricanement du mec, j'avais beau être une super bonne voleuse je ne saurais jamais m'enfuir seule, et elle me paraissait la meilleure option, en plus, elle était sympas

      

     

    27
    Mardi 23 Mars à 17:09

    Suzanne Carter, couleur de dialogue : bleu comme ça

    Suzanne préparait sa réponse, avant de comprendre que ce qu'il lui avait dit ne lui était pas destiné, mais à l'autre fille, celle qui avait des yeux magnifiques.

    -De un, tu passes plus ton temps à dire au gens de la fermer que de la fermer toit même, de deux, si je suis pas une fille, alors je suis quoi ?, commença-t-elle en criant. Parce que je suis beaucoup trop intelligente pour être un mec hein. De trois, elle, fit-elle en désignant Suzanne, à raison, on devrait plutot essayer de s'enfuir. Et de quatre, je n'aime pas le thé..., finit-elle.

    Suzanne commençait à sérieusement apprécier cette fille. Elle, au moins, était pas complètement idiote.

     

    - Ok, ok. Je concède : tu es une fille. Les apparences peuvent être trompeuses. Et je n'ai pas la moindre envie de m'enfuir avec vous collées aux basques, alors je vais attendre que vous soyez hors de vue pour tente quoi que ce soit. Compris, petite tête ?, répondit le garçon en souriant.
     
    Soudain, alors que Suzanne voulait s'adresser à la fille, la porte de la caravane s'ouvrit et un vent glacial s'engouffra dans la pièce, ainsi qu'une quatrième personne, poussée par un homme en noir. Couverte de bleus, elle avait des cheveux mi-longs d'un beau blond, et des yeux bleu électrique très troublants. A coté d'elle, Suzanne, qui ne s'était jamais trouvée vilaine, eut l'impression de ressembler à une poubelle.
     
    La fille leva les yeux vers eux et demanda, d'une voix éraillée :

    -Quelqu'un peux me dire ce qui se passe ?

    Elle semblait épuisée et ses cheveux étaient en bataille. Elle avait probablement couru pour échapper à ses agresseurs - en vain, à ce qu'il semblait.
     
    - Eh bien, c'est simple, ironisa Suzanne. Nous sommes tous coincés dans cet endroit sans savoir pourquoi, et au lieu de travailler ensemble pour s'échapper, tout ce qu'on arrive à faire, c'est se crier dessus comme des enfants. Je ne connais même pas le nom de ces deux-là!, fit elle en désignant ses deux compagnons. Mais bienvenue, à part ça!
     
    La jeune fille n'avait pas l'habitude de parler sur ce ton, mais elle était plus qu'énervée, c'était bien normal.
     
     
    28
    Mardi 23 Mars à 17:17

    Suzanne, couleur de dialogue : bleu comme ça

    À peine Suzanne avait-elle prononcé ces mots que la fille aux yeux sombres lança dans sa direction :

    - Et aussi non, tu t'appelle comment ?

    - Carter, Suzanne Carter! Et toi ?, répondit-elle simplement.

    Pendant ce temps, elle avait commencé à élaborer un plan. Elle avait remarqué qu'une des lattes en bois de la porte de la caravane était un peu branlante - elle semblait subir le trajet, et bougeait un peu. Elle n'était pas très épaisse, mais si ils arrivaient à la déloger, l'un d'entre eux pourraient peut être glisser leur bras dehors afin de forcer la serrure... Ce plan reposait sur très peu, mais c'était tout ce qu'elle avait. Elle se mit en quête d'un objet qui pourrait permettre de casser cette latte.

     

    29
    Mardi 23 Mars à 17:37

    Louis Hevin - Rouge

    Elle marque une pause, hésitante. Peut -être même paniquée, par ce que je déduisais de son silence. Je l'encourage d'un regard à continuer.

    -Ok...je te laisse la victoire pour cet échange, parce que je n'ais rien à répondre. Tout simplement, parce que j'allais m'enfuir seule aussi, conclus t-elle en serrant les bras, l'air vaincue.

    Je pense que cette fille est habituée à être celle qui gagne. Elle est déstabilisée.

    Je prends un malin plaisir à la rendre gênée. J'aime qu'elle ne sache pas quoi me répondre, ou quelle attitude adopter avec moi. C'est excitant de la voir livrée à ma méchanceté, que , bizarrement, je n'ai pas exercée avec elle. Ni avec l'autre fille. à ce moment là, la bâche s'entrouvre et une fille est jetée par un homme , le même qui m'a emmené , devant nous. Elle à l'air de ne pas aller très bien et grimace :

    -Quelqu'un peux me dire ce qui se passe ?

    Elle semble épuisée et ses cheveux blonds sont en bataille. Elle est belle. Je sourit en la regardant. Peut- être qu'être enfermée avec toutes ces filles n'est pas si mal que ça...
     
    Eh bien, c'est simple, ricane la fille qui à semblé dormir tout à l'heure, me laissant à ma joute verbale avec la blonde. Nous sommes tous coincés dans cet endroit sans savoir pourquoi, et au lieu de travailler ensemble pour s'échapper, tout ce qu'on arrive à faire, c'est se crier dessus comme des enfants. Je ne connais même pas le nom de ces deux-là!, fit elle en désignant ses deux compagnons. Mais bienvenue, à part ça !
     
    Et elle se tourne vers la fille aux yeux bleus sombre pour répondre à une de ses questions. J'en profite; et aide la fille blonde qui vient d'arriver à se lever et à trouver une place.
    - Salut. Tu veux te mettre à côté de moi ?, dis - je d'une voix seduisante.
     
    Le pire, c'est que dans cette comédie, je veux surtout voir la réaction de la fille aux yeux bleus sombre.
     
    30
    Mardi 23 Mars à 17:38

    Emilie Johnson-Vert

    - Carter, Suzanne Carter! Et toi ?

    Je la regarda attentivement, elle était en train de chercher un moyen pour sortir, et je me rendis compte qu'elle m'avait retourné la question.

    -Emilie Johnson. dis je, distraitement.

    Le regard de Suzanne s'était arrêté sur une latte pas trés stable, mais la jeune fille avait l'air de vouloir travailler seule, car elle commença à chercher des yeux quelque chose.

    J'avais toujours pas osé croisé le regard du garçon, mais je me tourna vers lui en essayant de paraitre sure de moi. J'avais compris que Suzanne cherchait quelque chose pour soulever la planche, et le mec me paraissait assez fort pour au moins la soulever pour laisser le passage à quelqu'un de petite taille. Il fallait juste le convaincre, et aprés je pourrais toujours demander à Suzanne qu'on s'entraide, puisque le garçon ne voulait pas.

    -Bon ok..J'ai un deal. Tu m'aides juste pour genre...une minute, et j'arrête de t'ennuyer, je te pose plus de question, tu peux même ne pas me donner ton nom si tu veux, j'arrête de te parler, tout ce que tu veux. dis je en hésitant sur le "tout ce que tu veux"

    J'espérais qu'il n'avait pas remarqué qu'il se passerait rien si il ne m'aidais (nous, si Suzanne voulait bien qu'on s'entraide, mais j'étais sure qu'elle allait accepter) et qu'il n'y avait aucun bénefinique pour lui, mais bon j'arrêterais d'essayer de savoir son nom, c'est déjà bien!

    31
    Mardi 23 Mars à 17:40

     Svp, faites pas attention à mon commentaire juste au dessus...j'arrivais pas à le modifier, donc je l'ai refait ici... ( D r e a m et Cassiopée12) 

     

    Emilie Johnson-Vert

     -- Carter, Suzanne Carter! Et toi ?

    -Hum...Emilie Johnson, dis je tout aussi distraitement qu'elle.

     Du coins de l'oeil, je venait de voir le gars se précipiter pour aider la nouvelle arrivante et lui dire d'un ton à faire craquer n'importe qu'elle fille,

    -- Salut. Tu veux te mettre à côté de moi ?

    Je me tourna vers eux, et profita qu'il me regardait pour le fusiller du regard. Je savais pas trop pourquoi mais ça m'énervait un peut qu'il soit comme ça avec cette fille.

    Je n'attendis pas que l'autre lui répondre pour relancer un regard noir au gars et lancé à la fille,

    -Te dérange pas pour lui, il te dira même pas son nom...

    C'était la pire réplique que j'avais jamais dite, mais j'avais pas énormément d'idée tellement mon cerveau tournait à pleins régime.

     

    32
    Mardi 23 Mars à 17:55

    Louis Hevin - Rouge

    La fille n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit que la fille aux yeux bleus sombre ( ce serait pour toujours ma référence ), dit d'un ton amer :

    -Te dérange pas pour lui, il te dira même pas son nom...

    - Louis,  je me dépêche de dire, agacé par son intervention.

     

    33
    Mardi 23 Mars à 18:02

    Emilie Johnson-Vert

     Il avait l'air agacé, et me répondit rapidement, apparement, il avait pas trop aimé que j'intervienne.

    -- Louis

    Je le regarda sans savoir quoi faire. Je finis par lui sourire sans le regardé dans les yeux, aprés tout, je ne le connaissais même pas, il faisait ce qu'il voulait.

    -Bah c'était pas dur. Enchanté du coup...

    C'était absurbe parce que on avait passé bien une heure a se crier dessus, mais c'est la seule chose qui me vient en tête.

    34
    Mardi 23 Mars à 18:09

    Louis Hevin - Rouge

    -Bah c'était pas dur. Enchanté du coup...

    Je roule des yeux. Elle m'empêche de parler avec la nouvelle arrivante, qui est sûrement mille fois pus intéressante qu'elle. Même si ce ne sera pas ce que j'aimerais le plus chez elle, je pense en la regardant. Elle semble avoir peur et reste silencieuse.

    Je lui sourit, un sourire charmeur. O.k Louis n'en fait pas trop quand même... il ne faut pas qu'elle te prenne pour un psychopathe...

    Ouais, c'sst ça, ravi de faire ta connaissance, heu... ?

    35
    Mardi 23 Mars à 18:18

    Emilie Johnson-Vert

     Je haussa un sourcil face à son sourire

    -Ouais, c'est ça, ravi de faire ta connaissance, heu... ?

    -Emilie.
    lui répondis je.

    La caravane fit une embardée, et je remis les pieds sur terre, il fallait absolument que je trouve un plan, et toute seule.

    -Bon 'faut que tu m'excuses, j'ai un plan à préparé.

    Ça se voyait, il voulait aller parler avec l'autre fille, et je moi je devais commencé à élaborer un plan, qui devait être parfait. En tant que bonne voleuse, je pouvait faire ça, me dis je.

    36
    Mardi 23 Mars à 18:21

    Louis Hevin - Rouge

    -Emilie. Bon 'faut que tu m'excuses, j'ai un plan à préparé, dit - elle en détournant son regard. 

    - Je suis ravi de t'excuser, Emilie, dis - je avec un sourire sarcastique. 

    Je me tourne vers l'autre fille, qui paraît vraiment inquiète. Mais non bébé on est pas fous. Sauf peut-être Emilie, je pense en riant.

    Emilie se tourne vers moi, interrogatrice, et je fais mine d'être étonné.

    - Quoi ?

    37
    Mardi 23 Mars à 18:30

    Emilie Johnson-Vert

     Je lui fit une grimace derriére son dos à son; Je suis ravi de t'excuser, Emilie

    Mais ne répondis pas, et me contenta de  regarder autour de moi. Je n'eu pas le temps de réfléchir longtemps, j'entendis Louis rire et je me retourna en l'interrogeant.

    - Quoi ? me dit il d'air étonné qui ne trompait personne.

    Je pris un air songeur en lui répondant.

    -Quoi ? tu veux dire à part le fait que tu rigole tout seul ? je fis semblant d'avoir compris quelque chose, ou alors, tu te moques juste de moi... ce qui était beaucoup plus probable on va pas se mentir. Si c'est le cas, je suis ravie d'autant t'amuser dis je d'un ton sarcastique, avec toutefois un sourire dans la voix.

    38
    Mardi 23 Mars à 18:37

    Suzanne regarda avec agacement les autres se titiller entre eux : Louis - le garçon insupportable qui avait enfin dit son nom - était en train de draguer la nouvelle arrivante, comme pour rendre jalouse Émilie.

    Elle les laissa tous à leur petit jeu et dit :

    - Louis ? Est-ce que tu pense que tu es assez fort pour déloger cette latte branlante ?, fit-elle en désignant la porte.

    39
    Mardi 23 Mars à 19:01

    Louis Hevin - Rouge

    Louis ? Est-ce que tu pense que tu es assez fort pour déloger cette latte branlante ?

    - Bien sur, tu me prend pour qui ?

    Elle me regarda comme si elle attendait de moi que je le fasse.

    - Mais je vais pas vous aider, ça non, dis - je en riant. 

    Je suis vraiment un con !

    40
    Mardi 23 Mars à 19:07

    Métis, couleur: gris

    Les policier m'arrête, je ne sais pas se qui se passe du tout... Ils me passent les menottes, je ne bronche pas, Pourquoi s'attirer la foudre? Je :e dit en baissant la tête quand il me pousse légèrement dans la voiture, je regarde mes parents, ils ont les yeux écarquiller. Mon frère me transmet un message à travers ses yeux bleu. Je t'aime petite sœur, je viellerais toujours sur toi.. Je sais que je reviendrais bientôt, je n'est rien fait. La voiture avance, je lève la tête bien haut, pas question de leur faire croient que je suis déstabilisé. Je suis forte!

    41
    Mardi 23 Mars à 19:08

    Perséphone Parkison - Violet

    A peine je prononce cette phrase que les trois qui se trouve dans un coin commence a se bagarrer.

    -Ah d'accord... Moi c'est Perséphone dti-je surtout a l'attention des deux filles 

    -Toi Louis arrête de me regarder avec ses yeux ou je te colle une baffe, et enlève cette latte !

     

    42
    Mardi 23 Mars à 19:12

    Louis Hevin - Rouge

    L'autre fille commence à s'animer  et me fusille du regard :

     - Ah d'accord... Toi Louis arrête de me regarder avec ses yeux ou je te colle une baffe, et enlève cette latte !

    Wouawh. Quel tempérament. Cette fille est... Pas grave. Avec un soupir, je pince mes lèvres et me lève pour aller enlever cette foutue de latte.

    Putain. Le regard d'Emilie est si triompheur. Les filles...

     

    43
    Mardi 23 Mars à 19:21

    Emilie Johnson-Vert

     Je regarda Louis avec un sourire tiomphant. Si j'avais su qu'il fallait juste lui crier dessus pour qu'il enléve cette fichue latte...

    -Toi, j't'aime déjà, dis je avec un sourire à Perséphone

    -Bon, vous proposez quoi pour la suite ? Il faut que quelqu'un passe dans la dedans...

    Je fis une pause, et regarda les deux filles,

    -Enfin, vous êtes d'accord pour qu'on s'entraide pour s'évadé ?

    J'osa un regard vers Louis, mais je ne serais pas surprise si il disait non...Et l'autre fille, Perséphone, j'espérais qu'elle soit d'accord aussi...

    44
    Mardi 23 Mars à 19:22

    Perséphone Parkison - Violet

    -Bien sur du moment ou on peux partie de se taudis je te suit 

     

     

    45
    Mardi 23 Mars à 19:26

    Un garde Sumérien:

    " Hop hop hop pas si vite les jeunes!" s'exclame-t-il avant de se laisser aller à un rire gras. " Vous n'avez tout de même pas cru pouvoir échapper à la prestigieuse armée Sumérienne, si?"

    " Arrête de faire ton intéressant et passe leur ces p****** de menottes! Et en vitesse!" hurle son chef.

    Il finit par vous les passer, en grommelant des insultes dans sa barbe épaisse à l'intention de son supérieur sûrement, et les relie à une chaine d'acier qu'il tend à son chef.

    46
    Mardi 23 Mars à 19:29

    Perséphone Parkison - Violet

    Le garde nous passe de grosse menottes. Voila encore une chose que ne supporte pas, être enchainé, et mes co-équipier ne semble pas l'apprécier d'avantage. 

    - Pas la peine d'être si grossier monsieur, peux être que si on s'avait on vous nous emmenez on serez plus coopératif. 

      • Mardi 23 Mars à 19:40

        Un garde Sumérien:

        " Si tu veux tout savoir, sale gamine, tu devras attendre d'être à destination. La seule chose que je peux te dire c'est que les ordres viennent de très haut et que peut importe la somme que ta famille est prête à donner pour te récupérer, tu resteras ici; tout comme tes petits camarades."

        Il s'éloigne en sifflotant avant de revenir bien vite sur ses pas:

        " Oh j'oubliais! Ces menottes ont été conçues pour vous priver de vos pouvoirs et absorber votre énergie. Sur ce, bon voyage!" 

    47
    Mardi 23 Mars à 22:23

    Emilie Johnson-Vert

    -Oh j'oubliais! Ces menottes ont été conçues pour vous priver de vos pouvoirs et absorber votre énergie. Sur ce, bon voyage!

    Je m'imobilisa un instant, consterné par les paroles du gardes.

    -Quels pouvoirs marmonais je.

    J'essaya de bouger pour poser la question a Suzanne, qui était juste à côté de moi, mais les menottes m'en empêchérent.

    - p****** de... je commence à en avoir marre de ces gardes la.

    Je parlais plus pour moi que pour les autres, et je me mis a observer autour de moi, Pénélope avait l'air de vouloir arracher à main nue ces menottes, et...tout le monde en fait, en même temps, qui ne voudrait pas. Même Louis qui avait l'air fier en nonchalant tout à l'heure, faisait moins le malin. Mais cette histoire de pouvoirs...cela me soulait de ne pas avoir au moins une réponse dans cette "escapade"...

    J'essaya de bouger encore une fois avec un gémissement de douleur, je n'avait jamais porté de menotte je pouvais maintenant affirmer que je détestais être immobilisé...

     

    48
    Mardi 23 Mars à 22:29

    Louis Hevin - Rouge

    Les menottes me serrent les poignets et je pousse un cri quand un garde me met une tape dans le dos.

    - T'as des cou*lles ? Ouais ? Bah arrête de gémir comme un gosse, dit -il en me postillonnant dessus.

    - Voilà ce que je leurs fais !, je siffle, piqué au vif.

    Et sans réfléchir, je lui met un coup de pied dans les parties.

    Il hurle de douleur  et se plie sur lui - même. Et j'en profite pour lui mettre un coup de coude dans les côtés.

    - Emilie, prend la clé des menottes !

    Dis - je en le maintenant à terre, lui jetant un regard convenu.

    49
    Mercredi 24 Mars à 09:07

    Emilie Johnson-Vert

    J'arrêta de bouger quand je vis Louis mettre à terre un garde. Je resta quasi en admiration, quand je l'entendit dire mon nom.
     

    -Emilie, prend la clé des menottes !

    Je me laissa tomber dos au garde qu'avait mis Louis à terre, et j'arracha le trousseau de clé que le garde avait à la ceinture.

    Je me releva, et lança un regard noir au garde avant de me tourner vers Louis.

    -C'est bon j'ai, et maintenant, on fait quoi de lui ?

    J'entendis les autres gardes arrivés, alerté par le bruit, et lança un regard pressant à Louis.

    -Alors ?

    50
    Mercredi 24 Mars à 09:40

    Louis Hevin - Rouge

    Son ton était si pressant !

    - Met le là - bas, dans l'endroit sombre... ils ne verront rien...

    Je me dépêchais de me rasseoir tranquillement tandis qu' Emilie portait le garde endormi dans le petit renfoncement de la caravane qui était on ne peut plus ténébreux.

    - ça va toi ? dis - je en regardant la nouvelle arrivante que j'avais essayé de draguer une minute plus tôt.

    51
    Mercredi 24 Mars à 10:43

    Perséphone Parkison - Violet

    -Je suis enfermé dans une caravane a coté d'un psychopathe, comment je doit me sentir !?  

     

     

    52
    Mercredi 24 Mars à 12:52

    Emilie Johnson-Vert

     Je posa sans délicatesse le garde que j'avais trainé jusqu'ici. Je vis du coin de l'oeil une couverture ou une bache, et la posa sur le garde pour plus de discrétion.

    Les autres gardes n'étaient pas encore arrivé, peut être avait ils jugés que la situation était sous controle.

    Je tourna la tête vers mes compagnons de voyage, et ils étaient tous en train de soit parler, soit se reposer.

    Je soupira et me laissa tomber dans le recoins, toute la fatigue du voyage me tombait dessus, et j'avais plus passé mon temps a m'engueuler avec les gens de cette caravane que de me reposer ne serait ce qu'une minute. 

    Je m'allongea, le regard fixé sur la bache du toit. Ulysse, que j'avais complétement oublié, vient s'allonger à côté de moi. Je commença à laisser mes pensés errer vers mes amis vagabons. Je donnerais cher pour être la-bas plutot qu'ici. Ulysse gémit à côté de moi.

    -Hé oui, on a peut être plus de menottes mon beau, mais on est toujours dans une caravane de 3métres carré.

    53
    Mercredi 24 Mars à 15:39

    Louis Hevin - Rouge

    -Je suis enfermé dans une caravane a coté d'un psychopathe, comment je doit me sentir !?  

    Il faut vraiment qu'elle se calme, celle - là, ou, poitrine ou pas, je l'engueule et l'humilie.

    - Mal ? , je suggère en me demandant si c'est de moi qu'elle parle. Psychopathe... C'est un peu un euphémisme. Hé, vous ! Au lieu de chier dans vos frocs vous pourriez peut-être nous dire ou on va comme ça ? , je hurle en m'adressant aux gardes qui nous regardent d'un mauvais oeil.

    Je suis entouré de cas socials.

    54
    Mercredi 24 Mars à 15:51

    Perséphone Parkison - Violet

    Soudain je me rappelle ce qu'a dit le garde et pose la questions que certains on sur les lèvres.

    - Vous savez doit quoi il parlait tout a l'heure ? Les pouvoirs ? 

    55
    Mercredi 24 Mars à 15:58

    Louis Hevin - Rouge

    - Vous savez doit quoi il parlait tout a l'heure ? Les pouvoirs ?  

    - Naan... aucunes idées, mais foutu comme il est, il doit avoir un cerveau tout aussi petit, alors n'y faites pas attention...

    56
    Mercredi 24 Mars à 19:17

    Désolée pour le retard ^^"

     

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    Je suis dans la maison que j'ai trouvé en me promenant dans les rues de la ville. Oui je suis une vagabonde. Oui je suis une délincante. Oui je vole les autres pour trouver de quoi me nourir. MAIS j'ai une maison et je ne meurt pas de faim ni d'habits. Comment ça se fait ? Je ne sais pas. C'est comme ça. J'ai pas mal d'amis d'élincants comme moi et j'aime bien ma vie. Comment je vie. Je suis libre d'aller ou je veux sans qu'il y ai un chez moi qui ne bouge pas. On est tout un groupe de délincants et de vagabonds. Ça ne changera pas. Du moin je l'espère. Cette vie me plaît et je ne voudrai pas changer.

    Je suis dans mon lit en train de rêver à ce qu'il c'est passé aujourd'hui quand soudain j'entend du bruit en bas. C'est peut-être des amis qui 'ont pas prévenus quils arrivais... Bizarre... Normalement ils me mettent un petit mot sur la porte... Je me lève et m'habille en vitesse. Je met une chemise à careaux bleu et un jean bleu clair. Par dessus je met une veste en jean. Ma tenu habituelle quoi.

    Je dessant au rez-de-chaussé et marche doucement en dirrection de la porte d'entrée. Elle s'ouvre avec fracas et plusieurs hommes de l'armée entres dans ma maison. Ils regardent partout sans doute à la recherche de quelque chose ou de quelqu'un... Je file me cacher dans un recoin sombre de la pièce pour ne pas qu'ils me repèrent. Les hommes montent à l'étage mais pas tous... Il en reste encore deux en bas. J'attend de voir ce qu'ils font mais ils ne bougent pas de leur postes ; un au millieu de la pièce et l'autre en retrait. Je guette les bruits en haut. Il faut que j'agisse vite. Je sors ma tête prudement du recoin sombre ou je m'était cachée et je bondis vers la porte d'entrée. Malheureseument un des hommes dans la pièce me vois et me bloque le passage. Il faut absolument que je sorte ! Je me souvient d'une technique aprise avec mes amis et je fais comme si il avait gagné et que j'allais me rendre s'en opposer de résistances. J'incline la tête vers le bas et je prend appuis sur mes jambes et mes mains tout en faisant semblant de me rouler en boule sur le sol. L'homme baisse un peu sa garde et j'en profite pour rebondir en direction de la porte d'entrée.

    L'autre homme (que j'avais totalement oublié) lance un petit couteau à travers la pièce, droit sur moi. J'essaye de l'esquiver mais il me frôle quand même le bras. Je pousse un petit cri de douleur. Le couteau m'a quand même ouvert un peu ! Il n'est pas question que j'abandone ! L'homme qui a lancé le couteau s'est très vite approché de moi et il me met à terre. Je me débat. Je ne peut pas finir comme ça comme une vulgaire fillette qui ne sait pas se défendre ! Je me débat. Toujours plus fort quand tout à coup l'homme qui a lancé le couteau me pique avec quelque chose dans le bras. Je sens mes forces me quitter. C'est la fin...

    57
    Mercredi 24 Mars à 19:46

    Emilie Johnson-Vert

     Je me levai, quand ils commencèrent à quasi-crier, Ulysse sur les talons.

    J'entendis Perséphone parler de ces "pouvoirs", ceux qu'avaient mentionné l'homme tout à l'heure.

    Louis lui rétorquai qu'on ne devait pas y faire attention.

    -Nan, je crois qu'on devrait y penser... au fait qu'on ait quelque chose de spécial je veux dire ! Aussi non, pourquoi ils nous auraient choisi nous et pas d'autres personnes ? Il y a d'office quelque chose qui nous distingue des autres.

     Je m'étais avancé discrètement et regardai les autres.

    -Je ne sais pas moi... vous n’avez jamais senti que vous étiez différent ? Ou que vous aviez quelque chose de plus ?

    Je repensai toujours au fait que l'homme avait insinué qu'on avait des pouvoirs. Ou au moins, des aptitudes particulières, et j'espérai que c'était clair pour au moins une personne ici...

    58
    Mercredi 24 Mars à 21:18

    Perséphone Parkison - Violet

    - Emilie a raison, on devrai y réfléchir un peu. Dit-je

    je commence a fouiller a travers mon cerveau pour me souvenirs de ce jour: s'était une nuit froid et pluvieuse, je venais de m'enfuir de chez mon père. J'arpenté les rues a la recherche d'un toit Des lampadaires éclairé la rue ou j'essayé de trouver un endroit ou dormir. Je posa mes mains sur un lampadaire dans l'espoir de reprendre mon souffle quand ils se mirent a clignoter et a s'éteindre. 

    - Moi il m'est arrivé un truc chelou un jour, je croit que j'ai réussi a éteindre des lumières sans le vouloir. Vous vous souvenez de quelque chose ou c'est moi qui perd la tete ?

    59
    Mercredi 24 Mars à 22:12

    Emilie Johnson-Vert

    Je regardai Perséphone avec excitation. Si on avait au moins trouvé pourquoi on était ici, c'était déjà une bonne chose de mon point de vue.

    -Ouii! Enfin, non tu ne perds pas la tête, à mon avis, on a tous ici une aptitude particulière. Moi, en tout cas, non je ne me souviens de rien d'étrange.

    Je me tournai vers les autres,

    -Et vous ?

    60
    Jeudi 25 Mars à 12:50

    Louis Hevin - Rouge

    - Nan... Rien du tout, je soupire. Franchement ! La magie et tout ce bordel c'est pour les gosses ou les fous.

    Je croise les bras et m'assois dans un coin, loin des autres filles. Je les observe discuter en me rongeant les ongles, il faut que je perde cette mauvaise habitude de me manger les doigts quand je suis stressé. 

     - Vous croyez vraiment à ces contes de fées ?

    61
    Jeudi 25 Mars à 13:47

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    C'est la fin... Cette pensée tourne en boucle dans ma tête. Que c'est-il passé ? Pourquoi moi ? Qu'est-ce que j'ai fait ? Je veut sortir de ces ténèbre qui me consume lentement. Je voudrait sortir de ce cauchemard qui est la réalité. Les ténèbre m'encercles doucement. Ça ne sert à rien de lutter, elles sont trop fortes, trop nombreuses. Je voudrait me réfugier en sécuritée dans ses ténèbres. Je ne peut pas. Je dois lutter pour refaire surface à la lumière. Rien. Le vide. Je rêve ? Non. J'ai mal. Et la douleur est réelle. Que s'est-il passé ? Je ne m'en souvient pas. Et me concentrer mais pratiquement impossible. Les secondes passent. Où les minutes ? Tout est flou dans mon esprit.

    Des hommes. Ma maison. Des coups à la porte. Je me cache. Deux hommes restés en bas. Je cour. Un couteau. Du sang. Une piqûre. Tout est arrivé si vite... Je m'en souvient maintenant...

    Pourquoi ? POURQUOI ?!

    J'émerge peu à peu des ténèbres qui partent doucement de mon esprit. Mes paupières s'ouvrent lentement comme si elles redoutaient ce qu'il se passerais si j'ouvrai les yeux. Je prend mon courage à deux mains et j'ouvre brusquement les yeux. Très mauvaise idée. Mes yeux ne se sont pas encore habitués à la lumière et je referme précipitament les yeux sens avoir pu regarder autour de moi. Je repire lentement et plus surement que quand j'était dans les ténèbres. Je reouvre les yeux prudement et je regarde autour de moi.

    C'est une espèce de caravane un peu un wagon. Et dans cet endroit il y a trois filles, une aux cheveux blond clair coupé cour et aux yeux bleu électrique, une autre aux cheveux brun et aux yeux bleus turquoise et la dernière a les cheveux blond avec un dégradé brun et des yeux bleus foncé. Elle a les cheveux ramené en un chignon lache sur sa tête. Elle a des lunnettes. La quatrième personne qui se trouve dans la pièce est un garçon aux cheveux blonds et aux yeux bleus glacés. Je suis apparament la seule avec les yeux d'une couleur différente. Je cligne doucement des yeux pour m'abituer a cet environement et je demande d'une voix qui ne tremble pas.

    - Où sommes nous ?

     

    62
    Jeudi 25 Mars à 16:57

    Perséphone Parkison - Violet

    - Où sommes nous ? 

    Je regarde la personne qui vient de parler. C'est une jeune fille aux cheveux brun, elle a l'air assez jeune.

    - Ta sieste c'est bien passé ? J'espère que oui car nous somme tous en route pour une destination qui nous est inconnue.

     

     

    63
    Jeudi 25 Mars à 17:08

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    La fille aux cheveux blonds et aux yeux bleus électrique me parle la première.

    - Ta sieste c'est bien passé ? J'espère que oui car nous somme tous en route pour une destination qui nous est inconnue.

    "Ta sieste c'est bien passé ?" Nan mais franchement. Elle me prend pour un gamine ou c'est quoi le problème ?

    - Effectivement ça c'est bien passé mon voyage. J'insiste bien sur le mot "voyage" pour lui faire comprendre que je ne suis pas une gamine qui fait la sieste. J'ouvre la bouche pour rajouter quelque chose mais un gémissement en sort. Ma blessure me fait mal. Elle me pique. Je me serre le bras avec mon autre main qui est déjà en sang et j'essaye de comprésser le sang qui coule.

    64
    Jeudi 25 Mars à 17:58

    Perséphone Parkison - Violet

    - Effectivement ça c'est bien passé mon voyage.

    Elle parait légèrement sur les nerf ce qui me fait sourire. Soudain je remarque qu'elle presse son bras et qu'un flot de sang s'en échappe.

    -Ne t'énerve pas fillette, et viens t'assoir qu'on bande ta blessure avant que tu perde trop de sang.

     

    65
    Jeudi 25 Mars à 18:34

    Emilie Johnson-Vert

     Je fis un signe de la main a la fille qui venait de parler et lui souhaitai bienvenue, avec un sourire. Elle avait l'air plus jeune que nous.

    Je laissai Perséphone s'occuper de sa blessure et prenant exemple sur Louis, m'assis contre un mur de la caravane.

    -Nan, perso, je ne crois pas du tout aux pouvoirs, à la magie, ... dis-je en parlant à Louis. Mais à part ça ? Pourquoi le garde aurait parlé de pouvoirs ? Et en plus, ça coïncide avec ce qu'a dit Perséphone. 

     

    66
    Jeudi 25 Mars à 19:03

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    -Ne t'énerve pas fillette, et viens t'assoir qu'on bande ta blessure avant que tu perde trop de sang.

    Alors déjà, je suis pas une "fillette" d'où elle me dit ça !? En plus je suis quand même grande. Ouais, j'avoue que je suis pas aussi agée qu'elle, mais je suis pas un bébé non plus !

    Mais je dois avouer qu'elle a raison en disant que je vais perdre beaucoup de sang. Je penche ma tête sur le côté pour lui signifier que je suis moyenement contente et je jette un coup d'oeil à la fille au chignon qui me fait un signe de la main en me souhaitant la bienvenu avec un sourire. Elle continus apparament une discution sur des pouvoir ou un truc comme ça... Je m'aproche calmement de la fille qui m'a proposé son aide et attend prudement qu'elle me fasse le bandage.

    67
    Jeudi 25 Mars à 19:24

    Perséphone Parkison - Violet

    La fille s'approche de moi et s'assoie. Je sort de ma poche un petit rouleau (oui je garde des rouleaux de bandage dans ma poche) et commence a la guérir. Je m'applique et imite les gestes que ma mère fessais. Elle était médecin et elle ma appris pas mal de chose sur se sujet.

    - Alors ? C'est quoi ton nom ?

    68
    Jeudi 25 Mars à 19:33

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    La fille comence a mes faire le bandage. Elle a l'air de savoir ce qu'elle fait. Je me détend un peu en sentent que le sang commence à s'arreter de couler.

    - Alors ? C'est quoi ton nom ?

    Elle me la dit d'une vois gentille. Peut-être qu'elle a finalement compris que je ne suis pas une fillette. J'ai une autre réponse... Finalement je répond d'une voix égale.

    - Tina Ashano, mais appelle moi Tina. Et toi ? tu t'appelles comment ?

    69
    Jeudi 25 Mars à 19:55

    Louis Hevin - Rouge

    -Nan, perso, je ne crois pas du tout aux pouvoirs, à la magie, ... dit Emilie.  Mais à part ça ? Pourquoi le garde aurait parlé de pouvoirs ? Et en plus, ça coïncide avec ce qu'a dit Perséphone. 

    - On s'en fout. On s'enfuit, on se sépare, on oublie cette nuit bizarre et tout va bien. 

    Je n'attends pas d'approbation de sa part, mais je lève quand même les yeux vers elle. 

    70
    Jeudi 25 Mars à 20:10

    Emilie Johnson-Vert

    - On s'en fout. On s'enfuit, on se sépare, on oublie cette nuit bizarre et tout va bien.

    Je le regardai avant de soupirer et lâchai mes cheveux pour passer une main nerveuse dedans.

    -Je sais pas toi, mais moi, j'aurais du mal à l'oubliée… Et comment tu veux qu'on s'enfuit ? lui répondis-je d'une voie lasse.

    Franchement, concernant l'évasion, j'avais complétement perdue espoir, il y avait des gardes partout ici.

    71
    Jeudi 25 Mars à 20:14

    Louis Hevin - Rouge

     - On à les clés des menottes je te rappelle, petite tête.

    Je lui jette un regard aguicheur et lève les sourcils pour prendre un air fier. Les gardes, heureusement, ne m'ont pas entendus, trop occupés à conduire je ne sais ou cette foutu caravane qui grince et s'agite. C'est pas un voyage très tranquille, avec tous ces soubresauts.

    72
    Jeudi 25 Mars à 20:26

    Emilie Johnson-Vert

     Je levai les yeux au ciel en étouffant un rire face à son expression. 

    -Hum... lâchais-je, sans savoir quoi dire. J'avais complétement oublié les clés...

    Sans savoir quoi dire d'autre, je laissai un silence s'installer avant de lâcher,

    -Et, tu as quel âge ?

    Je regrettais tout de suite cette question, mais elle m'avait complétement échappée.

     

    73
    Jeudi 25 Mars à 20:32

    Louis Hevin - Rouge

    Je la regarde, sourcil levé. Elle est bien trop curieuse à mon goût. Elle fait un dossier sur moi, ou quoi ?

    - ça ne te regarde pas...

    Comme je sens qu'elle va encore me crier dessus comme une gamine, je concède quand même, par pure flemme de me disputer avec cette fille :

     - 17 ans. Et toi ?

    Non; pas et toi, merde ! Je ne peux pas tenir ma langue ?

    74
    Jeudi 25 Mars à 20:44

    Emilie Johnson-Vert

    J'allais ouvrir la bouche pour répliquer, mais il ne me laissa pas le temps et répondit.

    Il avait 17ans...j'avais vu juste

    -16

    répondis-je, simplement.

    75
    Jeudi 25 Mars à 21:35

    Perséphone Parkison - Violet

    - Tina Ashano, mais appelle moi Tina. Et toi ? tu t'appelles comment ?

    - Perséphone Parkinson, mais juste Perséphone ca suffit. Tu a quoi 12 ans ?

    76
    Vendredi 26 Mars à 09:07

    Louis Hevin - Rouge

    Seize ans... Je l'aurais parié.  Son visage a à peine éliminé les rondeurs de l'enfants, et elle n'a pas le corps d'une fille plus vieille que ça. Elle serait sans doute belle si je prenais le temps de la regarder, mais je n'ai aucunes envies de chercher chez elle. 

    - Tu m'appelleras Grand Maitre, maintenant, dis - je à Emilie en ricanant, purement sarcastique. 

    77
    Vendredi 26 Mars à 09:18

    Emilie Johnson-Vert

    Je levai les yeux au ciel, avec un sourire en coin.

    -Mais ouii, bien sûr. Et tu veux pas que je te vouvoie tant que t'y es ?  lui répondis-je avec ironie.

    On avait même pas réussit à rester plus de cinq minutes sans se lancer des vannes... me dis-je en souriant toute seule.

    78
    Vendredi 26 Mars à 09:25

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    - Perséphone Parkinson, mais juste Perséphone ca suffit. Tu a quoi 12 ans ?

    Quoi ??!! D'où elle me dit "tu as quoi 12 ans" ?! Elle veut me faire sortir de mes gongs ou quoi ?!! Je me retient de la frapper et je lui répond d'une voix qui tremble de fureur.

    - Non. Pas du tout. J'ai 14 ans. Et toi ? t'as quoi ? 13 ans ? 12 ans et demis ? 12 ans ? 8 ans ?!!

     

    79
    Vendredi 26 Mars à 09:28

    Louis Hevin - Rouge

    -Mais ouii, bien sûr. Et tu veux pas que je te vouvoie tant que t'y es ? 

    Je lève un sourcil et répond en soufflant d'exaspération :

    - Evidemment. Mais, dans les règles du jeu, de dois le faire aussi, sinon le jeun n'a aucunes valeurs...

    80
    Vendredi 26 Mars à 09:42

    Emilie Johnson-Vert

    -Bah s’il faut ça pour que vous arrêtiez de me donnez des surnoms débile.... Et tu peux même faire une révérence, dis-je sans abandonner mon ton remplie d'ironie et en insistant sur le vous.

    Je fis une pause en faisant semblant de réfléchir et rajouta avec un sourire moitié hypocrite, moitié innocent.

    -Mais ça, ce serait une action à sens unique.

    J'avais pas l'intention de lui faire une révérence, mais s’il voulait bien... (même si je savais que ce n'était pas sérieux du tout, et que ce serait la fin du monde s’il le ferait même pour rire.)

    81
    Vendredi 26 Mars à 09:49

    Louis Hevin - Rouge

     - Sûrement pas.

    Pour qui me prenait - elle, cette fille qui ne connaissait rien à la vie, et qui essayait d'être un minimum agréable avec moi ? Je ne baisserais pas la garde que je m'étais construit depuis si longtemps, et si durement. 

    - Tu es une fille. Je suis un mec. T'es innocente. Je suis rempli de surprises. Tu es normale, je suis pas un mec à fréquenter. Je pourrais continuer comme ça pendant une éternité. Je me contenterais du vouvoiement. 

     

    82
    Vendredi 26 Mars à 10:05

    Emilie Johnson-Vert

    Je le regardai sans savoir quoi dire... Il croyait vraiment ça ? On ne pouvait pas dire qu'il était bon pour cerner les gens alors...  En même temps, je ne le connaissais pas depuis longtemps. Avant j'aurais juste rigoler et je l'aurais laissé croire tout ce qu'il veut sur moi, mais je répliquais quand même d'un ton plus cinglant et en lui lançant le regard le plus noir possible.

    -C'est drôle, parce que tu me connais pas. Tu sais rien de moi, et je ne sais pas si tu te souviens, mais cela fait depuis deux heures qu'on se connait, enfin, "connait". Alors explique-moi, comment tu es arrivé à cette conclusion ? Parce que rien qu'avec ce que tu viens de dire, je peux déjà savoir un truc sur toi. Tu n'as aucun talent pour cerner les gens.

    Il se croyait vraiment mieux que nous ? Et pour qui il se prenait à juger les gens comme ça ? Je le regardais en attente d'une réponse, en gardant toujours mon regard noir.

    83
    Vendredi 26 Mars à 10:31

    Perséphone Parkison - Violet

    - Non. Pas du tout. J'ai 14 ans. Et toi ? t'as quoi ? 13 ans ? 12 ans et demis ? 12 ans ? 8 ans ?!!

    Je lui répond d'un ton amusé:

    - Ton esprit de déduction n'est pas très performant j'en est 16.

     

     

     

    84
    Vendredi 26 Mars à 11:14

    Louis Hevin  - Rouge

    Elle me jette un regard noir :

    -C'est drôle, parce que tu me connais pas. Tu sais rien de moi, et je ne sais pas si tu te souviens, mais cela fait depuis deux heures qu'on se connait, enfin, "connait". Alors explique-moi, comment tu es arrivé à cette conclusion ? Parce que rien qu'avec ce que tu viens de dire, je peux déjà savoir un truc sur toi. Tu n'as aucun talent pour cerner les gens.

    - Rien qu'a t'entendre, ça crève les yeux. Mais vas - y, puisque tu me dis être une vraie rebelle, dis moi en quoi je me trompe.

    Je n'arrive pas à croire qu'elle puisse me tenir tête.

    85
    Vendredi 26 Mars à 11:49

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    - Ton esprit de déduction n'est pas très performant j'en est 16.

    Pff... Elle est chiante. Mais pas question d'abandoner ! C'et sûr je suis plus jeune qu'elle mais quand même ! Je lui lance un regard noir et réplique :

    - Mon esprit au moin, il est plus performant que le tien.

    J'en ai marre de lui parler mais les deuc autres sont tellement préoccupés par leur conversation que je nose pas les intérompres. Ils forment un joli couple.

    86
    Vendredi 26 Mars à 11:53

    Emilie Johnson-Vert

    -En tout. Tu n’es pas le seul à avoir eu une vie tourmentée ou je ne sais quoi. T'es pas seul au monde, et t'es pas au-dessus de nous. De toute façon, je sais même pas pourquoi on parle de ça, c'est pas le concours de celui qui a vécu le plus de chose.

    Je fis claquer mon élastique à mon poignet, un tic que j'avais quand j'étais en colère ou nerveuse, et me leva brusquement, dans l'intention d'aller m'assoir plus loin, la ou il y aurait personne pour me souler.

    -Et de toute façon, chacun sa vie n'est-ce pas ?

    Ajoutais-je avec un sourire narquois, en essayant d'avoir l'air sur de moi.

     

     

    87
    Vendredi 26 Mars à 12:23

    Perséphone Parkison - Violet

     -Mon esprit au moins, il est plus performant que le tien.

    Mais quelle gamine … Je décide d'arrêter la ce jeux idiot: 

    - OK ne t'énerve pas pour si peux, de tout façon nous avons des problèmes plus grave. Comme s'avoir pourquoi on nous a enfermé ici !

     

    88
    Vendredi 26 Mars à 12:32

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    - OK ne t'énerve pas pour si peux, de tout façon nous avons des problèmes plus grave. Comme s'avoir pourquoi on nous a enfermé ici !

     Ouais, ouais, c'est ça... Y'a pas d'autres personnes qui ont à peu près le même âge que moi et qui sont pas chiants ? Mais bon, je suis coincée ici avec cette fille qui se prend pour la reine du monde et deux autres qui ne font que parler et qui sont très mignons ensembles mais qui ont l'air de ne pas s'en rendre compte. Bon, tant pis ! De toute façon qu'est-ce que je peut faire à part coopérer avec elle ?

    - Oui, mais je crois que tu es la avant moi et t'as pas essayé de le savoir ? Avant qu'elle me réponde un autre truc déscréable, j'enchaine assez vite. Je veut bien t'aider mais j'ai pas envie que tu me donnes des ordres ni que tu me prennes de haut.

     

    89
    Vendredi 26 Mars à 12:47

    Perséphone Parkison - Violet

     - Oui, mais je crois que tu es la avant moi et t'as pas essayé de le savoir ? Je veut bien t'aider mais j'ai pas envie que tu me donnes des ordres ni que tu me prennes de haut.

    - Si on a déjà essayé mais je pense que le mieux c'est d'attendre qu'on arrivé et de voir ce qu'on fais a ce moment là.

    puis-je lance a l'attention de Noémi et de Louis qui font un boucan d'enfer :

    - Vous pouvez arrêté de vous quereller vous deux ?

    90
    Vendredi 26 Mars à 12:54

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

     

    - Si on a déjà essayé mais je pense que le mieux c'est d'attendre qu'on arrivé et de voir ce qu'on fais a ce moment là.

    Mouais... Ok...

    Et tout de suite après elle ajoute à l'intention des deux autres :

    - Vous pouvez arrêté de vous quereller vous deux ?

     

    91
    Vendredi 26 Mars à 13:42

    Emilie Johnson-Vert

    J'entendis Perséphone nous crier quelque chose.

    -- Vous pouvez arrêter de vous quereller vous deux ?

    Je lançai un dernier regard à Louis, avant de m'avancer vers les deux filles.

    -C'est bon, on avait juste quelques petites choses a réglées, dis je d'un ton sarcastique.

    J'attrapai mes cheveux pour me refaire un chignon en observant la nouvelle. Elle était petite. Je dirais dans les 12-14 ans. Pas plus. Je la fixai avant de lui demandé d'un ton aussi sympa que possible, après tout, elle n'avait pas demandé d'être ici.

    -Salut, moi, c'est Emilie, et toi ?

    92
    Vendredi 26 Mars à 14:08

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    -C'est bon, on avait juste quelques petites choses a réglées. Dit la fille au chignon d'une voix un peu agacée.

    Elle me regarda comme pour m'évaluer. Genre c'est qui celle la ? Oui, je suis plus jeune et plus petite que toi et alors ?

     -Salut, moi, c'est Emilie, et toi ? Me demanda-t-elle d'une voix assez sympa. Je vais voir si elle est comme Pershéphone, qui elle se prend pour la reine du monde et pour la plus grande.

    Je souris gentiment et je répond :

    - Tina Ashano, mais appelle moi Tina. Et toi ?

    93
    Vendredi 26 Mars à 14:19

    Emilie Johnson-Vert

    Je l'évaluai du regard, et me rendis soudain compte qu’elle était la seule à ne pas avoir les yeux bleus. Je lui rendis un bref sourire presque par automatisme.

    -Tina Ashano, mais appelle moi Tina. Et toi ?

    Je levai un sourcil en l'air. Je lui avais dit mon prénom, il y a deux secondes.

    -Emilie. Emilie Johnson.

    Puis je vis son sourire presque un sourire de défi.

    -Mais appelle-moi Emy.  ajoutais-je, avec un sourire en coin, amusée cette fois.

    94
    Vendredi 26 Mars à 14:35

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    -Emilie. Emilie Johnson.  Dit-elle en levant un sourire comme pour me signifier que j'était passée à côté de quelque chose.

    Ah ! C'est vrai ! Elle me l'avait déjà dit ! Elle a du me prendre pour une c**** qui comprend un mot sur deux ! Je souris comme pour la mettre au défi de répondre un truc pas sympa mais elle reprit la parole avec un petit sourire amusé :-Mais appelle-moi Emy.

    Bah, elle a l'air sympa quand même !  

    - Ok, si tu veux !

    Je me tourne vers le seul garçon présent dans la salle et lui demande :

    - Et toi tu t'appelles comment ?

    95
    Vendredi 26 Mars à 15:18

    Louis Hevin  - Rouge

     

    -En tout. Tu n’es pas le seul à avoir eu une vie tourmentée ou je ne sais quoi. T'es pas seul au monde, et t'es pas au-dessus de nous. De toute façon, je sais même pas pourquoi on parle de ça, c'est pas le concours de celui qui a vécu le plus de chose, dit -elle , l'air furieuse.

    Elle fait claquer son élastique sur son poignet fin, ce qui m'arrache un sourire car c'est bien la quatrième fois qu'elle fait ce geste. Que signifie t  - il ? Peur ? Colère ? Angoisse ?

    -Et de toute façon, chacun sa vie n'est-ce pas ? 

    Je fais oui de la tête : je suis complètement d'accord. Chacun sa vie, différentes ( et ennuyantes : je ne vise personne ) soit -elle.

    Puis elle s'éloigne pour faire la connaissance de la nouvelle arrivante qui se dispute avec Perséphone. J'en profite pour mieux cacher le garde, qui est toujours endormi dans l'ombre de la caravane. Bien sur, Emilie avait mal dissimulé sa jambe. ça ne devrait pas m'étonner. Cette fille est un vrai boulet.

    - Et toi tu t'appelles comment ?

    J'ai du mal à croire que c'est à moi que la nouvelle arrivante, Tina il me semble, m'ait posé cette foutue question, mais quand je me retourne, je constate qu'elle attend une réponse de ma part, bras croisé.

    - Putain, mais je suis pas là pour me faire des amis et jouer à la dînette avec des gosses, compris ?! Arrêtez de tous me demander mon nom !

    Je fusille du regard Tina, cette petite fille qui m'arrive à la taille tout au plus.

     

     

    96
    Vendredi 26 Mars à 15:27

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    - Putain, mais je suis pas là pour me faire des amis et jouer à la dînette avec des gosses, compris ?! Arrêtez de tous me demander mon nom !

    Pff... C'est pas parce que je suis plus petite que je joue à la dînette ou je ne sais quoi !

    Je répond d'une voix sèche en le foudroyant du regard :

    - Si tu me le disait ce serais quand même plus simple ! Et tu sais j'ai pas envie d'être ton amie vu que tu me parle mal ! Et puis, qui voudrait être ton ami ?

    97
    Vendredi 26 Mars à 15:34

    Louis Hevin - Rouge

    J'hallucine. Elle insiste.

    - Je n'ai pas besoins d'amis, j'en veux pas. C'est bon ?

    Sans attendre sa réponse, je vais m'asseoir au fond de la caravane. Je cherche dans ma  poche : ouf ! J'ai encore des cigarettes. J'en prend une et l'allume avec mon briquet que je met dans mes chaussettes.

    Je commence à fumer.

    98
    Vendredi 26 Mars à 15:42

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    - Je n'ai pas besoins d'amis, j'en veux pas. C'est bon ?

    Et sans attendre ma réponse (qui aurait été cinglante) il va s'asseoir vers le fond de la caravane et il commence à fumer. Nan, mais j'allucinne ou quoi ?!! Il fume ! Ça va puer la mort ici !! Surtout si il n'arrête pas de fumer. En plus ici c'est tout petit et on s'est pas encore combien de temps on va rester là à attendre...

    Je m'avance doucement vers lui et je me jette sur lui pour lui arracher sa cigarette des mains. J'y parvien finalement et je balance la cigarette par un petit trou dans le plancher.

    Voilà, c'est fait.

    99
    Vendredi 26 Mars à 15:44

    Emilie Johnson-Vert

    -- Je n'ai pas besoins d'amis, j'en veux pas. C'est bon ?

    Je cessais de laisser mon regard passer de Louis à Tina comme dans un math de ping-pong et suivis du regard Louis qui se mit dans un coin pour fumer. Je me tournai vers  Perséphone

    - Bon tu as  une idée de ce qu'on fait ici si ce n'est pas ces "pouvoirs" ? dis-je à l'intention de Pérséphone en faisant des guillemets sur le mot pouvoir.

    100
    Vendredi 26 Mars à 16:16

    Perséphone Parkison - Violet

    Emilie s'approche de nous et commence a parler avec la nouvelle, qui elle lance une discussion avec Louis qui évidemment ne se passe pas bien. En meme temps quand deux personnes aussi désagréable que eux parle on ne peux pas s'attendre a grand chose. Il se met a ignoré ces questions et vas fumer dans un coin.

    Bon tu as  une idée de ce qu'on fait ici si ce n'est pas ces "pouvoirs" ? Me dit Emilie

    -Je pense qu...

    Je n'ai meme pas le temp de finir ma phrase que Tina ce jette sur Louis, je visualise la scene d'un regard étonné et attend la suite persuadé, que Tina vas se recevoir un coup dans le nez.

    101
    Vendredi 26 Mars à 16:26

    Emilie Johnson-Vert

    -Je pense qu...

    Je suivis le regard de Perséphone, et resta bouche bée.

    -Ho merde.

    Tina s'était jeté sur Louis et lui avait arraché sa cigarette pour la jeté par terre

    -Heu, c'est pas pour affoler ou quoi que ce soit hein... Mais tu crois qu'elle va sortir vivante ? Parce que franchement, on dirait que Louis va la tuer et j'ai pas trop envie de m'interposer perso. Dis je à Perséphone, quand même inquiète pour l'avenir de Tina. Il faisait un peu prés deux fois son poids et était beaucoup plus musclé qu'elle.

    102
    Vendredi 26 Mars à 16:35

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    Après avoir pris la cigarette, je me recule précipitament vers l'opposé du gars qui veut pas dire son nom. Je reste là les bras croisé sur ma poitrine à attendre sa réaction. Je jette un coup d'oeil rapide aux deux autres filles.

    103
    Vendredi 26 Mars à 16:37

    (quelqu'un peut-il me résumer ce que s'est passé depuis la dernière fois que 'j'ai RP ? il y a trop de trucs à lire "_")

    104
    Vendredi 26 Mars à 16:48

    (Je crois (moi non plus j'ai pas vraiment lu mais plutôt survolé des yeux) que Émillie et Louis ont assomé un garde et que... Désolée mais j'ai la flemme de tout relire -_-'

    Sinon après beaucoup, beaucoup de paroles entre Louis, Émillie et Pershéphone et bah j'arrive avec Tina (Nan je suis pas égoïste mais je me souvient à peu près que de sa...) et après Tina parle avec les deux filles et elles font connaissance et pour finir Tina parle avec Louis et ils se fachent et Louis va dans son coin et il allume une cigarette et tina n'est pas contente alors elle lui prend la cigarette des mains et elle la lance par terre est voilà... :)

    105
    Vendredi 26 Mars à 17:59

    Louis Hevin - Rouge

    Putain mais pour qui se prend cette gamine ?!!! Elle pense pouvoir me prendre ma cigarette, comme ça, sans problèmes ?! Elle est née parmi les cons ou quoi ? 

    Je me relève aussitôt, la fusillant du regard, la transperçant de mes yeux. Elle paraît un peu inquiète, et ça me satisfait : je veux qu'elle se sente mal à l'aise avec moi. Qu'elle baisse les yeux sous mon inquisition. La colère se mélange au plaisir dans mon ventre, se diffusant dans mes veines, dans mon corps. J'adore ressentir cette adrénaline , cette colère, cette puissance.

    Je me rue sur elle et le prend par le col de son t - shirt sans ménagements pour la coller contre la paroi de la caravane.

    - Putain, mais tu te prends pour ma mère ou quoi ? Tu crois que tu es supérieure à moi ? Tu me fais chier au point de m'enlever la cigarette de la bouche ? Mais t'es la pire des..., je crie sans dire le mot, car je sais que Emilie me regardera bizarrement, après. Pourquoi tu t'obliges à faire la gamine capricieuse et bien élevée ? Je veux pas te dire mon nom, je veux pas, et alors ? J'ai le droit non ? Je veux rien savoir de toi, et je suis sur que tu ne veux rien savoir non plus.

    Elle grimace de douleur, et je relâche son col pour aller m'allumer une deuxième cigarette. Maudite fille.

    106
    Vendredi 26 Mars à 18:11

    Tina Ashano - bleu vert comme ça

     

    Il se précipite vers moi et me prend par le col de mon t-shirt et il me colle contre la parois de la caravane.

    - Putain, mais tu te prends pour ma mère ou quoi ? Tu crois que tu es supérieure à moi ? Tu me fais chier au point de m'enlever la cigarette de la bouche ? Mais t'es la pire des..., il me crie dessus maisil ne termine pas sa phrase. Pourquoi tu t'obliges à faire la gamine capricieuse et bien élevée ? Je veux pas te dire mon nom, je veux pas, et alors ? J'ai le droit non ? Je veux rien savoir de toi, et je suis sur que tu ne veux rien savoir non plus.

    Nan, mais quelle brute ce c****** !

    Je grimace de douleur. Il est à moitié en train de m'étrangler et j'ésite à lui foutre un coup dans ses parties mais je sens que si je le fais ce sera peut-être pire...

    Il me relache finalement et il allume une autre cigarrette. Je serre les dents. Ça va puer la mort !

    107
    Vendredi 26 Mars à 18:42

    Perséphone Parkison - Violet

    Je me retourne vers Emilie et dit:

    - Ca aurais pu être pire !

    108
    Vendredi 26 Mars à 19:23

    Emilie Johnson-Vert

    Je faillis me précipiter vers les deux quand je vis que Louis était quasi en train d'étrangler Tina. Mais il la relâcha brusquement par terre. Je soupirai de soulagement.

    - Ça aurais pu être pire !

    Je haussai les épaules en échangeant un regard avec Perséphone.

    -Hum... j'avoue ! J'ai vraiment cru qu'il allait l'étrangler pendant un moment.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :